Capsule DD 051 (12:40)

L’Ademe dévoile 4 scénarios pour atteindre la neutralité carbone - Focus sur le label Ecofest - L’atlas de l’anthropocène


Download Audio | Published 2 mos ago

Episode Content

La Capsule DD n° 51 du 03 décembre 2021

L'actu du moment : Les 4 scénarios de l’Ademe pour atteindre la neutralité carbone

L’écho du Sup’ : Focus sur le label Ecofest

Le livre du mois : Atlas de l’anthropocène de François Gemenne et Aleksandar Rankovic, 2ème édition revue et augmentée

L’agenda de la prochaine quinzaine

  • 7 décembre - Un bilan de la COP26 par Manon Combe de l’association CopTrotter Pour vous connecter...
  • 8 et 9 décembre - Energaïa, Forum européen des énergies renouvelables à Montpellier Voir le site
  • 14 au 16 décembre - Salon BePOSITIVE à Lyon Voir le site

Transcription

Actu du moment : L’Ademe dévoile 4 scénarios pour atteindre la neutralité carbone

Geoffroy TransitionS 2050. Choisir maintenant. Agir pour le climat ! C’est le nom du nouveau rapport qu’a publié l’ADEME, l’Agence de transition écologique le 30 novembre dernier.

Un rapport de près de 700 pages portant sur l’atteinte de la neutralité carbone en France pour 2050. En effet, ça n’est plus une nouveauté, mais pour réduire les effets du changements climatiques, il est nécessaire de réduire nos émissions de gaz à effet de serre.

Ce rapport a pour ambition d’éclairer le débat afin de faciliter la prise de décision pour atteindre l’objectif. Bien que nous soyons à peu près tous d’accord sur la définition de neutralité carbone, les étapes à suivre pour atteindre l’objectif restent floues ! C’est à cela que tente de répondre le travail mené pendant 2 années par l’ADEME, entourée d’une centaine de collaborateurs et d’un comité scientifique.

Iris Dans ce rapport, on découvre 4 récits possibles et cohérents visant à atteindre la neutralité carbone et qui nous rappellent que tout cela n’est pas seulement un enjeu énergétique - mais aussi une transformation sociétale. Le président - directeur général de l’ADEME, Arnaud Leroy, souligne “ les scénarios ont pour ambition de faire prendre conscience à tout un chacun, quel que soit son niveau de responsabilité et d’implication dans la construction de ce cheminement, de la nature des transformations et des choix à faire “. Ainsi Une large palette d’enjeux y sont représentés : les différents usages de la biomasse, l’eau d’irrigation, la qualité de l’air, la gestion des déchets, la quantité de matériaux pour la rénovation ou construction...

Aujourd’hui, nous vous proposons un petit aperçu de ces récits et les questions qu’ils suscitent.

Le premier récit est intitulé “Génération frugale”, un récit basé sur la sobriété. En effet, La décarbonation de l’énergie sera d’autant plus facilitée que la demande sera faible. Le chemin tend vers toujours plus de local, une réduction de notre consommation de viande par 3, la rénovation massive des bâtiments, 50% de nos trajets à pied ou à vélo et enfin la réparation et le recyclage dans nos vies.

Geoffroy Le 2ème “Coopération Territoriale” porte principalement sur la mise en place d’une économie de partage sur le territoire, le développement des villes moyennes et des marchés locaux, la réindustrialisation sur nos territoires et la réduction de consommation de viande par 2.

Dans le 3ème scénario, l’ADEME esquisse un avenir basé sur la “croissance verte” à partir du développement des technologies de décarbonation, de rénovation des logements et toujours de réduction de la consommation de viande.

Le dernier scénario se base sur de fortes innovations qui n’existent pas encore : le pari réparateur. Ce scénario prévoit de poursuivre la consommation de masse et nos déplacements Mais sous condition de développer des technologies qui permettraient de capter beaucoup plus qu’aujourd’hui le CO2. Pour cela il faudrait mettre des moyens financiers très importants et dès maintenant.

Chacun de ces scénarios est décliné dans chaque secteur technique, économique et social et couvre différents secteurs : bâtiment, mobilité des voyageurs et transport de marchandises, alimentation, agriculture, forêts, industrie, déchets et services énergétiques

Ces scénarios ont pour ambition de nourrir les débats collectifs notamment pour la prochaine stratégie française Energie – Climat. Aux dirigeants d’aujourd'hui et de demain, au vu des élections présidentielles, de nous mettre sur la bonne voie et de s’y tenir. Car si aucun choix n’est fait la France n’atteindra pas la neutralité carbone comme elle s’y est engagée.

Iris En ouverture, l’ADEME ouvre le débat autour de 5 problématiques :

  1. La sobriété: jusqu’où ? la démarche de sobriété, se base sur le questionnement des modes de vie et de consommation afin de maîtriser la demande de biens et de services et l’efficacité énergétique qui permet de réduire la quantité d’énergie nécessaire à leur production.
  1. Peut-on s’appuyer uniquement sur les puits naturels de carbone pour atteindre la neutralité? L’atteinte de la neutralité carbone ne peut pas se passer des puits naturels de CO2 (plantes, sols et produits) car leur potentiel est très important par rapport aux puits technologiques, comme le captage et stockage du CO2.

  2. Qu’est-ce qu’un régime alimentaire durable? avec le doublement prévu des besoins alimentaires à l’horizon 2050 et son empreinte carbone (¼ des émissions en France), l’alimentation à la croisée de multiples enjeux (santé, environnement, biodiversité, qualité de l’eau et des sols, pratiques culturelles …).

  3. Artificialisation, précarité, rénovation: une autre économie du bâtiment est-elle possible ? Les bâtiments représentent près de la moitié de la consommation d’énergie nationale et sont responsables d’un quart des émissions de GES et participent directement à l’artificialisation des sols. Par ailleurs, les tendances récentes aboutissent à une certaine multiplication des équipements et à une utilisation de surfaces de bâtiment croissante.

  4. Vers un nouveau modèle industriel: la sobriété est-elle dommageable pour l’industrie française ? Par opposition aux 30 années passées, aujourd’hui relocaliser l’industrie en France est vital pour notre économie et sa résilience. Cette relocalisation ne va toutefois pas de soi dans un monde globalisé et ne sera pas sans impact.

    Si vous souhaitez plus de détails et d’informations sur les différents scénarios, retrouvez l’ensemble du rapport, accompagné de résumés et d’infographies sur le site dédié : https://transitions2050.ademe.fr/

L’écho du Sup’ : Zoom sur le label Ecofest

Thomas Afin de faire entendre sa voix et tenter de changer les choses, il semble nécessaire de passer par tout type d’évènement, allant du simple atelier en petit comité à une immense marche pour le climat. Cependant, sans que l’on s’en rende forcément compte, les évènements peuvent avoir un impact non négligeable sur la planète. En effet, selon l’ADEME - Agence de la transition écologique - une manifestation moyenne de 5000 personnes générerait 2,5 tonnes de déchets et plus de 1000kWh d’énergie.

Ainsi pour comprendre l’enjeu des évènements responsables nous avons décidé de faire, cette fois-ci, un zoom sur le label écofest en vogue chez les associations étudiantes d’Unilasalle.

Crée en 2006 par lmPact une association étudiante de l’école de commerce de Grenoble, “Ecofest”, un label gratuit, s’inscrit dans une optique d’accompagnement, d’amélioration et de promotion, mettant sur le devant de la scène des évènements soucieux de leur impact social et environnemental.

Le label est valable un an, et les audits sont gratuits et réalisés par les étudiants. Ils s’adressent à toutes les organisations, étudiantes ou non tels que les festivals, courses, foires, salons…), souhaitant certifier leur engagement écoresponsable. Concrètement, ces audits s’appuient sur une grille de critères couvrant l’ensemble de l’organisation d’évènement, on y retrouve : l’alimentation, les déchets, l’hébergement, le lieu, le transport la communication et la sensibilisation.

Des critères sociaux liés à la question de la parité ou encore du handicap existent aussi. Dans les prochaines éditions, le label devrait ajouter des cirières sanitaires. Tous ces critères sont basés sur les recommandations de l’ADEME directement.

Du côté d’Unilasalle, plusieurs associations souhaiteraient se faire labéliser Ecofest ou devenir juste auditeur. On peut notamment citer la « Nuit du Gala », “Les Ovalies” ou encore « Solidariterre ». Cette thématique est à la mode, cela s’est déjà ressenti lors de la SERD, la semaine étudiante pour la réduction des déchets où les participants ont mis un point d’honneur à proposer des produits responsables, locaux, recyclés, sans plastique et sans emballage. Des vidéos de sensibilisation étaient également diffusées sur les réseaux sociaux pour toucher un large public.

Pour rappel, chaque association d’Unilasalle est composé d’au moins un référent Développement Durable. En octobre, ces référents ont eu l’occasion de profiter d’une formation de 3h avec le RESES - Réseau Etudiants Pour une Société Ecologique et Solidaire- sur la Responsabilité Sociétale des organisations ainsi que sur les évènements éco-responsables.

Geoffroy Avec tous ces efforts, nous espérons voir émerger une prise de conscience et des actes concrets concernant cette thématique. Continuons sur cette voie ! Introduire livre du mois

Le livre du mois : L'Atlas de l'Anthropocène

Nathalie Cette semaine, coup de projecteur sur l’Atlas de l’Anthropocène. Publié pour la première fois en 2019, une nouvelle édition revue et augmentée est proposée en librairie depuis le début de cet automne.

Cet ouvrage a été co-dirigé par François Gemenne, spécialiste des questions de géopolitique de l’environnement, chercheur à l'Université de Liège et membre du GIEC.

Le défi de cet atlas ? Illustrer à l’aide de cartes et de courts textes les dégradations subies par la planète. Les auteurs soulignent également la nécessité d’une approche globale liant étroitement lois physiques et implications sociales.

Parmi les nombreux thèmes abordés dans cet ouvrage : le réchauffement climatique, les pollutions, l’effondrement de la biodiversité, les enjeux démographiques ou encore les politiques pour tenter d’enrayer cette pente terrifiante.

D'une présentation très pédagogique et éclairante, cet atlas pose les éléments d'un sujet ô combien complexe et dégage des pistes pour l'avenir. Un document certes alarmiste mais pas désespéré.

Geoffroy L’atlas de l’anthropocène, c’est le coup de cœur de l’équipe de la Capsule DD ! A retrouver très prochainement parmi les collections des centres de documentation d’UniLaSalle...

L’agenda de la prochaine quinzaine

Nathalie Le 7 décembre, l’équipe DD vous donne rendez-vous de 13h à 14h. Nous donnerons la parole à Manon Combe, étudiante d’UniLaSalle Rennes et membre de l’association étudiante CopTrotter. En effet, Manon a eu la chance de participer à la dernière COP26 à Glasgow. N’hésitez pas à nous rejoindre en présentiel ou via Teams pour en apprendre plus sur la COP et partager l’expérience de Manon. Tous les détails sont à retrouver bien sûr sur le site de la capsule...

Geoffroy Les 8 et 9 décembre, Montpellier accueille Energaïa, le Forum européen des énergies renouvelables. L’occasion de proposer de véritables solutions environnementales pour les territoires, les villes et les industries. Plus de 250 acteurs sont attendus lors de ce rendez-vous incontournable sur le marché des énergies renouvelable avec, au programme, conférences, tables rondes, pitchs ou ateliers.

Nathalie Du 14 ou 16 décembre, direction Lyon pour le salon BePOSITIVE ! Le salon réservé exclusivement aux enjeux et aux solutions de la transition énergétique. Son objectif ? Construire ensemble le monde décarboné de demain avec les filières énergie et bâtiment durable. L’édition 2021 abordera des thématiques telles que la digitalisation de l’énergie, les matériaux biosourcés, le réemploi et la seconde vie des matériaux, le bâtiment bas carbone ou encore l’emploi et la formation.

Générique de fin

Geoffroy

Et voilà la Capsule DD d’Unilasalle, c’est fini pour aujourd’hui. On espère que cela vous a plu.

N’hésitez pas à nous partager vos courriers enthousiastes, vos propositions de thèmes et vos suggestions d’amélioration à l’adresse capsuledd@unilasalle.fr

Merci pour votre écoute et pour vos fêtes responsables en faveur du développement durable ! On se retrouve dans 15 jours.

Et d’ici là, vous pouvez méditez cette pensée attribuée à Steve Jobs : Cela n'a aucun sens d'embaucher des gens intelligents et de leur dire quoi faire; Nous embauchons des gens intelligents pour qu'ils puissent nous dire quoi faire.