Capsule DD 064 (12:23)

Réutiliser les eaux usées, une solution face aux sécheresses et pénuries d’eau - Rencontre avec Mathilde Hébert, 27 ans, co-fondatrice du défi Ma Petite Planète - Carte blanche à Thomas Viveret


Download Audio | Published 2 wks ago

Episode Content

La Capsule DD n°64

Vendredi 16 septembre 2022

L'idée qui transforme : Réutiliser les eaux usées, une solution face aux sécheresses et pénuries d’eau

Merci à Thibault Niel, chargé d'enseignement et Hayet Djelal, enseignant-chercheur HDR

Le Portrait de la Capsule : Rencontre avec Mathilde Hébert, 27 ans, co-fondatrice du défi Ma Petite Planète

Carte blanche à Thomas Viveret

Transcription

Geoffroy C'est le vendredi 16 septembre 2022 et c'est le retour de la Capsule DD dans une toute nouvelle formule ! Notre nouvelle recette ? c’est une idée, le portait d’un ou d’une jeune qui agit et une carte blanche à un invité.

3, 2 1 degré : c’est parti !

Générique

Au menu, cette semaine :

  • L’idée qui transforme : Réutiliser les eaux usées, une solution face aux sécheresses et pénuries d’eau
  • Le portrait de la capsule : Rencontre avec Mathilde Hébert, 27 ans, co-fondatrice du défi Ma Petite Planète
  • Carte blanche à Thomas Viveret, chargé de mission DD-TES sur le campus de Beauvais

L’idée qui transforme

Nathalie Cette semaine, on se pose la question de la réutilisation des eaux usées comme solution pour répondre aux pénuries d’eau. Mais avant cela, éclairage par Thibaud NIEL, enseignant à UniLaSalle Rennes sur la gestion de l’eau en France (du pompage dans le milieu naturel aux usages et des usages au milieu naturel en passant par les stations d’épuration).

Thibaud Niel

Iris A partir de là, dans un contexte de sécheresse et de risques de pénuries dans plusieurs territoires, comment éviter les pénuries grâce aux principes du REUSE ? Avant de parler de REUSE et donc d’utilisation d’eau usées traitée comme alternative à l’utilisation d’eau potable par exemple, il faut en matière de consommation d’eau, comme pour l’énergie ou l’utilisation de toutes ressources naturelles, appliquer le principe ERC éviter, réduire, compenser., Une fois les démarches de réduction des consommations d’eau bien enclenchée, si on veut réduire notre impact sur la ressource en eau, le REUSE peut être une solution. Mais, le principal frein à cette pratique est d’abord la contrainte sanitaire. Hayet Djelal, enseignante chercheure HDR à Rennes

Hayet Djelal enseignante chercheure HDR à Rennes

Iris De plus, pour certains usages qui nécessitent des qualités d’eau très épurées, les technologies de traitement REUSE nécessaires coûtent chers et donc renchériraient d’autant le coût de l’eau. Et, jusqu’à maintenant il n’y a pas eu de situations avec une nécessité forte de mettre en place des systèmes de REUSE à grande échelle.

Nathalie Pourtant, dans un contexte de changement climatique et de situations de sécheresse qui risquent d’être de plus en plus fréquentes, notamment dans des régions où les nappes phréatiques sont minoritaires dans la fourniture d’eau, comme la Bretagne le REUSE peut constituer une solution intéressante. Car le REUSE raccourcit le cycle de l’eau, c’est-à-dire qu’au lieu de rejeter l’eau en milieu naturel après son traitement en stations d’épuration, l’eau est réintroduite dans le système évitant ainsi de pomper dans les eaux de surface ou dans les nappes. Une pratique qui pourra être développée et sera efficace si elle est bien pensée en adéquation avec les usages qui seront fait de cette eau. Comme on l’a expliqué, il n’y a pas besoin de la même qualité d’eau pour nettoyer des zones urbaines ou irriguer. C’est ce travail complexe d’adéquation entre le besoin, l’usage de l’eau et la qualité nécessaire de celle-ci qui rendra le REUSE pertinent comme solution pour lutter contre les pénuries.

Le portrait de la capsule

Interview Mathilde Hébert

Carte Blanche à Thomas Viveret

Thomas Nous y sommes, c’est la rentrée ! L’occasion comme chaque année d’accueillir nos primo-arrivants et admissions parallèles lors d’une semaine d’intégration riche en évènements et en émotions. A Beauvais depuis plusieurs années déjà, l’intégration a la particularité de proposer une journée spécifique intitulée « Le Geste Environnemental ». Traditionnellement, ce dernier a pour vocation de remercier la mairie en effectuant une action utile et symbolique pour la commune, à travers un ramassage de déchet. Toutefois, bien qu’appréciable ce geste eût tendance à être perçu comme une corvée par les étudiants.

Afin de remédier à cette problématique, l’équipe d’intégration de cette année a souhaité revoir la recette et mettre en œuvre une stratégie responsable et durable sur l’ensemble de cette semaine, en adoptant une politique « Zéro Déchet ». Avec en figure de proue Ambroise PICAUD, étudiant en 2ème année et référent DD, une attention particulière était portée sur la propreté des lieux après chaque évènement, ne ratant pas une occasion pour faire des rappels à des étudiants parfois dissipés.   

Concernant le « Geste environnemental » en lui-même, l’équipe a opté pour un déplacement le samedi 3 septembre au Plan d’Eau du Canada, un lac artificiel proposant des espaces verts aux alentours. Dans l’objectif de sensibiliser et inciter les participants à s’engager sur les thématiques de Développement Durable et Responsabilité Sociétale, 6 associations étudiantes de l’Institut s’étaient réunies pour tenir des stands, proposant des activités pédagogiques et ludiques  : 

Nous pouvons en citer quelques-unes telles que :

  • Des tours en vélo proposés par la Com Bike
  • Le jeu des labels équitables avec Solidariterre
  • Un herbier et un quizz sur les plantes avec le jardin d’Unilasalle
  • Une distribution de protège verre avec la Com universal
  • Ou encore l’apprentissage du braille avec Uni4handicap

    L’occasion d’en apprendre plus sur leurs rôles et implication au sein du territoire tout en s’amusant. Yannick Matura, Maire adjoint en charge du défi climatique et de la transition énergétique a également pris la parole pour remercier l’ensemble des acteurs présents, légitiment un peu plus l’impact d’Unilasalle sur le territoire beauvaisien. Une grande réussite à réitérer l’année prochaine !

Générique de fin

Geoffroy C’était la Capsule DD, le podcast de la durabilité dans l’enseignement supérieur

Merci à Thibaud Niel, Hayet Djelal et Mathilde Hébert pour leur participation Et comme toujours à la manœuvre, l’équipe de la Direction de la Transformation Écologique et Sociétale d’UniLaSalle : Nathalie, Iris, Cécile, Caroline, Thomas et Geoffroy.

On se retrouve dans 15 jours.

Et d’ici là, vous pouvez méditez cette pensée attribuée à Héraclite d’Ephèse : Rien n’est permanent sauf le changement !