Capsule DD 056 (10:50)

L’avenir des vacances au ski - La journée To Be Green sur le campus d’UniLaSalle Rouen - Une sélection de films pour ce week-end


Download Audio | Published 4 mos ago

Episode Content

Capsule DD n°56

Capsule du 25 février 2022

Le clin d’oeil du mois : une sélection de films pour ce week-end

L’agenda de la prochaine quinzaine

Transcription

L'actu du moment

Les élèves I1 de Rennes Chaque année, c’est environ 11 millions de skieurs qui se déplacent en France, pour dévaler les pistes de ski. Vous en faites sûrement partie, et nous aussi.

Mais chaque année, les stations de ski émettent 800 000 tonnes de CO2, et ont un impact très néfaste sur l'environnement et les espèces locales. Dans cette capsule, nous allons vous expliquer comment nos actions en tant que skieurs impactent la nature, et quelles sont les solutions pour réduire ces impacts.

La plupart du temps, une grande quantité de coupe d'arbres est nécessaire pour créer des pistes de ski. Une des conséquences de cette déforestation nous apparait comme évidente : des êtres vivants perdent leurs habitats, et sont donc délocalisés.
Qui dit déforestation, dit fragmentation des habitats : une forêt séparée en deux par une piste large comme un bus empêche les êtres vivants de traverser, et de se reproduire entre eux.

Les nouvelles pistes de ski sont en perpétuel essor, ce qui n’est pas sans conséquence sur la faune et la flore. Arthur, peux-tu m’en dire plus ?

Le vent, la lumière, l’utilisation de produit chimiques et les niveaux de perturbation augmentent à proximité des pistes ouvertes, réduisant la qualité de l’habitat. L’ajout de neige, projetée à l’aide de canons, cause un enneigement prolongé des pistes. Cela retarde de près de trois semaines le réveil de la végétation à l’arrivée du printemps. De plus, en empêchant le bon développement végétal, la neige artificielle contribue à favoriser le phénomène d'érosion. Ce risque d'érosion est d'autant plus accentué à cause de la surcharge de poids sur le sol, due aux infrastructures.

Cela est tout de même effrayant !

Même en tant que vacanciers, nous exerçons beaucoup de responsabilités. Plus de la moitié des émissions de gaz à effet de serre émis dans les communes possédant une station de ski sont dues aux transports, dont 63 % sont le fait de visiteurs.

En effet, plus de la moitié privilégient la voiture, l’avion pour 35 %. Le bus et le train ne représentent que 11 % des trajets. Vous pouvez faire quelque chose pour changer ces chiffres !

Face à ce constat, certaines stations de ski ont décidé de réagir et de fournir des efforts pour réduire leurs impacts.

Pour pouvoir repérer les stations de ski écologiques, on peut se fier à un label qui s’appelle “ Flocon vert ”. À ce jour, 9 stations ont décroché le précieux sésame. La Vallée de Chamonix est l'une des stations qui se lance dans cette démarche en proposant le transport en commun gratuit et électrique. Cette initiative a permis de réduire de 96% l’émission d’oxyde d’azote par kilomètre parcouru.

D’autres formes de certifications existent également. Certaines stations ont, par exemple, remporté le trophée Cimes Durables, qui récompense une action spécifique pour l’environnement. D’autres encore sont certifiées Green Globes, un label international qui récompense une bonne gestion environnementale et sociale.

Pensez-y la prochaine fois que vous choisirez votre destination de sport d’hiver !
Alors, prêts à changer vos habitudes ?

L’écho du Sup’

Nathalie L’Echo du Sup’ vous emmène aujourd’hui sur le campus d’UniLaSalle Rouen à la rencontre de Romane THAIZE. Cette étudiante de 4ème année est la Présidente de Make It Green, une jeune association étudiante qui a pour objectif la promotion du développement durable au sein du campus de Rouen et à l’échelle de la métropole Rouen Normandie.

Romane Jeudi 3 mars, Make it Green va mettre le campus de Rouen à l’heure du développement durable. En effet, nous organisons notre événement phare de l’année : la journée To Be Green !

Nous donnons rendez-vous aux étudiants et aux salariés pour un moment convivial autour de plusieurs animations.

Nous proposerons par exemple une vente de plantes succulentes qui aura lieu dans le hall. Les bénéfices financeront l’acquisition d’une borne de collecte de bouchons et de couvercles en plastique auprès de Bouchons 276, une association normande qui œuvre en faveur des personnes en situation de handicap. Les sommes collectées permettront également de financer l’organisation de visites dans le cadre de notre mission de sensibilisation au développement durable.

Nous organiserons aussi un vide dressing pour permettre aux étudiants de troquer leurs vêtements. Une box de collecte a d’ailleurs été mise en place cette semaine dans le hall. Cette action s’inscrit dans le cadre d’une démarche d’économie circulaire qui privilégie le marché de seconde main.

Je laisse maintenant la parole à Patience MASIKINYE, membre de Make It Green et étudiante zimbabwéenne en 1ère année i-SAFE. Elle va vous présenter en anglais les autres ateliers qui seront proposés lors de notre journée To Be Green :

Patience We will organize a zero-waste workshop with the making of tawashi: it is a sponge made from old socks.

There will be also a workshop dedicated to the making of bee wraps: they are the ideal alternatives to cling film, foil and plastic food bags in your kitchen.

And finally, we will propose to make an all-purpose household product only by mixing four ingredients.

Can’t wait for you to discover all these natural solutions!

Romane Et cerise sur le gâteau, étudiants et salariés pourront découvrir l’authentique street food vietnamienne grâce à la venue du food-truck La CangTin. Son concepteur met un point d’honneur à préparer ses plats uniquement à partir de produits de qualité : des légumes provenant de la ferme et des viande issues d’élevages locaux. A vous la dégustation de délicieux Banh bao ou de Bobun !

Nathalie N’hésitez pas à venir à la rencontre des membres de Make It Green jeudi 3 mars ! Leur journée To Be Green sera l’occasion de moments d’échanges enrichissants autour du développement durable.

Les membres de cette dynamique association ne comptent pas s’arrêter là et ont encore plein d’idées en tête, notamment l’organisation de DD Tours sur le thème de l’éco-pâturage ou de la biodiversité mais aussi la mise en place de nouveaux ateliers Do It Yourself. Nous vous tiendrons bien sûr informés dans une prochaine capsule !

Le clin d’oeil du mois

Aujourd’hui nous allons vous présenter 3 documentaires directement en lien avec l’environnement : je vais commencer par un film sorti bien récemment intitulé Animal. Il est réalisé par Cyril Dion et dure 1h45. Alors Animal c’est quoi ? C’est l’histoire de Bella et Vipulan deux ados de 16 ans qui font partie d’une génération persuadée que leur avenir est menacé.  

Changement climatique, 6e extinction massive des espèces, bref c’est pas la joie, d’ici 50 ans leur monde pourrait devenir inhabitable. Ils ont beau alerter, rien ne change vraiment. Ils décident alors de remonter à la source du problème : notre relation au monde vivant.

Tout au long d’un extraordinaire voyage, ils vont comprendre que nous sommes profondément liés à toutes les autres espèces. Et qu’en les sauvant, nous nous sauverons aussi. Le film a obtenu le Prix du jury junior au Festival international du film francophone de Namur 2021 ainsi que le Prix du jury jeune au festival du film de Sarlat 2021.

Toujours sur l’environnement est-ce que vous connaissez Seaspiracy ? C’est un film documentaire sortie le 24 mars 2021 sur l’impact environnemental de la pêche. Il est réalisé par Ali Tabrizi. Le film examine divers impacts humains sur la vie marine et lutte contre la consommation de poisson. Les sujets présentés dans le film incluent les débris marins en plastique, les filets fantômes et la surpêche dans le monde entier. Seaspiracy soutient que la pêche commerciale est le principal moteur de la destruction des écosystèmes marins.

Ce film est produit par Kip Andersen qui a aussi produit le film Cowspiracy sorti en 2014. Ce film montre l'impact de l'agriculture animale sur l'environnement, et interroge les positions des associations environnementales sur cette question. Les associations environnementales interrogées dans le film comprennent Greenpeace, Sierra Club, Surfrider Foundation, Rainforest Action Network (en), et beaucoup d'autres. Cowspiracy a remporté le prix du public au festival du film écologique sud-africain 2015, ainsi que le prix du meilleur film étranger au 12e Festival de films pour l'environnement.

L’agenda de la prochaine quinzaine

Caroline Dans un peu plus d’un mois se déroulera le 1er tour des élections présidentielles, et vous avez jusqu’au mercredi 2 mars pour vous inscrire sur les listes électorales si ce n’est pas déjà fait ! L’inscription peut se faire en ligne, en moins de 3 minutes, vous avez juste besoin de télécharger une pièce d’identité et un justificatif de domicile, alors foncez !

Laetitia Dans 4 jours, c'est mardi gras ! Cette fête qui rime avec défilé, déguisement et bonne humeur, nous rappelle de bons souvenirs d'enfance. Cependant, les confettis, les gobelets, l’achat de nouveaux déguisements ou encore les cartons utilisés pour les chars produisent une grande quantité de déchets que nous pouvons diminuer.

Voici donc quelques astuces pour réaliser un green carnaval tout en étant créatifs :

  • Les fleurs séchées ou les feuilles tombées des arbres peuvent remplacer les confettis
  • Vous pouvez aussi fabriquer des paillettes avec du sucre, du sel et du colorant alimentaire
  • et enfin pour vos costumes, pensez à louer, à emprunter à vos proches ou à upcycler d'anciens vêtements pour les plus manuels !

En vous souhaitant un carnaval aussi joyeux qu’écolo !

Geoffroy Le 7 et 8 mars prochain a lieu le sommet Climate Chance Europe à Nantes “Pacte Vert pour l’Europe : collectivités, entreprises et citoyens au cœur de la transition européenne” ! Seront présents Alok Sharma, président de la COP26, Barbara Pompili Ministre de la transition écologique, Jean Jouzel climatologue du GIEC, Patricia Espinosa secrétaire exécutive de la CCNUCC et bien d’autres !

Générique de fin

Geoffroy Et voilà la Capsule DD d’Unilasalle, c’est fini pour aujourd’hui. On espère que cela vous a plu.

N’hésitez pas à nous partager vos courriers enthousiastes, vos propositions de thèmes et vos suggestions d’amélioration à l’adresse capsuledd@unilasalle.fr

Merci pour votre écoute et pour vos actions en faveur du développement durable ! On se retrouve dans 15 jours.

Et d’ici là, vous pouvez méditez cette célèbre extrait de 1984 de George Orwell, illustrant son concept, malheureusement si contemporain de Novlangue : La guerre c'est la paix, la liberté c'est l'esclavage, l'ignorance c'est la force.